AZERTYUIOP

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA POLITIQUE DU PERE GLANDU - Page 4

  • Les fourrières sont-elles hors-la-loi ?

    Les véhicules qui enlèvent les voitures mal garées sont eux-mêmes dans l’illégalité ! C’est ce que dénonce un avocat qui relève cette semaine les infractions dans la capitale.

    Le président de la branche remorquage de la Fédération nationale de l’artisanat automobile pointe : « Selon les normes en vigueur, ces véhicules ne devraient pas avoir un PTRA (poids total roulant autorisé) de plus de 3 000 kg. En gros, ils ne peuvent tracter aucune voiture, ou alors peut-être une Smart. » « C’est illégal oui, mais surtout très dangereux ! » tempête ce spécialiste. Chargés, ces pick-up trop légers se soulèvent en effet à l’avant, patinent et surtout freinent « deux fois moins bien » !

    « Je ne comprends pas comment l’État a pu délivrer des cartes blanches (NDLR : l’équivalent des cartes grises de nos voitures particulières) à ce type de 4x4 pour des fourrières partout en France », pointe Alain Bonzi qui alerte préfectures, administrations et ministère sur ce problème depuis des années. Ces dépanneuses « hors de contrôle » seraient un millier en France. « C’est 80 % du parc », jauge-t-il.

    « Grâce à ces véhicules plus légers, pas besoin d’embaucher des conducteurs grutiers titulaires du permis poids lourds ou même des permis BE qui permet de tirer une remorque, pointe Maître Dufour. Au fond, c’est un problème de business. » À Paris, trois sociétés privées se partagent le marché pour 250 000 enlèvements par an. Ce qui signifie que toutes les deux minutes une voiture mal garée est ainsi embarquée.

    « Les fouriéristes qui restent aux mains du privé posent question surtout dans un contexte où la privatisation de la gestion du stationnement a tourné à la catastrophe à Paris », tacle Pierre Chasseray de l’association 40 Millions d’automobilistes. « Une entreprise fait de l’argent pas de la sécurité, il ne faut pas en attendre autre chose 

  • NOS IMPÔTS FINANCENT LES OBSÈQUES DES PARLEMENTAIRES !

    Les règlements de l'Assemblée nationale et du Sénat prévoient «une allocation funéraire» pour les parlementaires qui décéderaient pendant leur mandat mais aussi pour ceux qui ne sont plus en exercice, leur conjoint et les enfants encore à charge.

    Cette allocation funéraire destinée aux députés, aux anciens députés et leur famille est passée en mars dernier de 18 255 euros maximum à un forfait de 2 350 euros sous réserve de justificatifs. Un montant calqué sur l’indemnité funéraire versée au Parlement européen.

    Encore récemment, lorsqu’un ancien député décédait, son conjoint pouvait toucher jusqu’à trois mois de pension pour financer les frais d’obsèquesPar ailleurs, lorsque c’était le conjoint qui venait à décéder, ses ayants droit touchaient l’équivalent d’un mois de pension.

    En 2017, 573 412 euros d’« allocations pour frais funéraires » ont été versés à l’Assemblée nationale, soit en moyenne 8 200 euros par disparu.

    Pour faire des économies, le bureau de l’Assemblée nationale a donc réduit l’allocation funéraire. En revanche, l’Assemblée ne touche pas au «capital décès», cette somme versée au conjoint lorsque l’élu décède au cours de son mandat, qui correspond à une année d’indemnités environ.

    Rien ne bouge par contre du côté du Sénat, où les frais funéraires se sont élevés à 967 000 euros en 2016 pour 53 funérailles, soit 18 245 euros par élu. Une somme bien plus élevée que celle accordée aux députés.

    Pour Contribuables Associés, il ne fallait pas diminuer cette allocation funéraire, mais la supprimer intégralement !

    Cit-gît l’argent de vos impôts…

  • MESSAGE A FAIRE CIRCULER AU PLUS VITE AUPRES DE TOUS LES FRANÇAIS.....

    Les chiffres viennent de tomber : au mois de mars, la mortalité routière a baissé de 13,5 % par rapport à l'an dernier.

    Au total, sur le premier trimestre 2018, la baisse est de 6,1 % en France. Et il y avait déjà eu MOINS de morts en 2017 que l'année précédente.

    Et tout ça.... SANS LE 80 KM/H !!!

    L'ultime justification du gouvernement pour maintenir cet abaissement stupide ne tient plus !

    Notre Lettre au Président "NON AU 80 KM/H !" affiche déjà plus de 141 000 signatures. Aidez-nous à franchir, au plus vite, la barre symbolique des 200 000 signatures !

    Voici le lien pour partager directement la pétition : https://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/lettre-au-president-republique/

  • LES RADARS FANTOMES .......PAS POUR TOUT LE MONDE

    J'attends quelques petits détails croustillants pour les collabos

    les chauffeurs de ces véhicules n'ont aucune honte . 

    je donnerai bientôt mes détails ..... 

  • le Sénat ..... maison de retraite des politicards

    et oui ça coute 

    • Sénat :

    338.850 M€ répartis en 311.837 M€ de charges de fonctionnement et 27.013 M€ d’investissement.

    311 MILLIONS D'EUROS POUR LES POLITICARDS DE MERDE .......MARRE MARRE 

    La caisse noire n'est pas comprise .... le liquide qu'ils touchent pour aller au puts  au bois de boulogne ..

  • 1 000 euros de dette supplémentaire en 2017 par habitant.

    La dette publique officielle atteint donc les 97% du PIB. Pour mémoire, elle s’élevait à 12% du PIB en 1974, dernière année où la France a eu un budget excédentaire…

    Les dépenses publiques ont augmenté de 2,5 % en 2017, contre 1 % en 2016, pour atteindre 1 232,6 milliards. Autrement dit, 56,5 % de la richesse nationale produite par les Français est dépensée par l’État, les collectivités locales et la Sécurité sociale. A part ça, tout va très bien Madame la Marquise…

    Les racines du mal demeurent inchangées : la dépense publique n’est pas maîtrisée (et le sera encore moins en 2018), les réformes structurelles ne sont pas engagées.

    Malgré les effets d’annonce, la France demeure le cancre de l’Europe : quand notre déficit public est à 2,6 % du PIB, il est en moyenne de 0,9 % dans la zone euro.

    Les prélèvements obligatoires ont augmenté de 18,3 milliards d’euros en 2017, sous les présidences Hollande et Macron, soit une hausse moyenne de 486 euros par foyer fiscal.